Vasile Carlova – Les ruines de Targoviste

Oh, murailles attristées! Oh, monument glorieux!
Du haut de quelle grandeur, vous brillâtes sous les cieux,
Aux temps où un soleil plus doux et plus heureux
Sur cette terre asservie répandait ses grands feux!

De la gloire ancestrale, rien plus ne reste là?
Tout autour on ne voit plus la trace d’un pas.
Et tandis que naguère, tout mortel attentif
Vous regardait ému, d’un œil admiratif,
Maintenant avec quelle crainte, recule-t-il sur ses pas,
Dès que ses yeux sur vous se posent avec effroi…
Et pourtant, tristes murs; c’est pour nous un plaisir
Lorsque l’oeil vous regarde aux moments de loisir;
Si vous faites pitié, de grandes idées inspirez.
Et par votre existence-même d’exemple vous servez
Tandis que les glorieux et admirables faits
De l’humaine tribu de ce monde disparaissent;
Que toute chose se perd; que la trace de nos pas,
Sur les ailes du temps à tout jamais s’en va.
Que l’homme-même, en toute chose parfait,
Sans crier gare s’effondre ou le trépas connaît..
Quant à moi, par ma foi, je préfère vraiment,
Vos ruines regarder en rêvant longuement,
Plutôt que de beaux murs; plutôt qu’un fier palais,
Plein d’éclat et lumière, mais inutile en fait.
De même qu’un berger, qui traverse l’alpage,
Court vite pour s’abriter, voyant venir l’orage.
De même moi maintenant, en proie à la douleur,
Vers vous me consoler; je viens les yeux en pleurs.

Ni des Muses le chant, ni la clémence des cieux,
Mais ma patrie je plains avec grande douleur.
En vous, en vous je cherche l’espoir d’une ressource.
Vous êtes de toute parole et toute idée la source.
Quand le bruit d’une journée partout cesse de battre,
Quand l’homme par ses efforts et malheurs épuisé,
Dans la paix de la nuit se trouve alité,
N’ayant même à cette heure de trêve dans mes pensées,
Vers vous je cours encore confiant et esseulé
Et par votre vision, si triste inspiré,
De notre noir destin je m’apperçois outré.
Je reste près de la tombe de la gloire roumaine
Et j’entends une plainte de choses très humaines;
Il me parait entendre encore une voix du passé

Prononcer ces paroles: « Hélas! Qu’est-il resté,
Si la plus grande gloire comme une ombre est passée,
Si l’esprit le plus libre avec elle s’est éteint! »
……….
Acceptez donc, ruines, tant que je suis sur terre,
Que je vienne pleurer sur votre cimetière,
Où le tyran n’ose pas, heureusement, se montrer,
Car votre vue-seule suffit pour l’effrayer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :