Mihai Eminescu – Calin ( Pages d’un conte) VIII

fragment

Passée le forêt d’airain, de très loin scintille en blanc
Et résonne le fier discours de la grande forêt d’argent.
L’herbe, là, près de la source semble neige immaculée,
Des fleurs bleues frémissent humides, dans l’air doucement parfumé.
Il semblerait que les grands chênes sous l’écorce ont une âme
Qui soupire entre les branches d’une voix pleine de charme.
Et dans l’orgueilleux ombrage de la grande forêt d’argent
On voit des torrents rapides sur les pierres scintillant;
Ils poussent leurs vaillantes ondes et soupirent entre les fleurs,
Descendent susurrant tendres des alpages rocailleux.
Ils enjambent en boules fluides le miroir d’eau près du gué,
En tourbillonnant nid d’eaux, sur lequel la lune languit.
Mille petits papillons bleus, des milliers d’essaims d’abeilles
Ruissellent en luisant torrent sur les fleurs remplies de miel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :