Grigore Alexandrescu – Lever de lune A Tismana

Comme en cette belle nuit, où la lune d’un rayon pâle.Sur le front de mon amante de vives ombres animait,Jamais d’un si beau paysage, mes yeux n’avaient vu l’égalNi de lune aussi charmante, de ma vie je n’admirais. Tout d’abord comme une étoile, comme une chandelle qu’au loinLe voyageur seul allume pour le désert égayer,ALire la suite « Grigore Alexandrescu – Lever de lune A Tismana »

Grigore Alexandrescu – Les miroirs

J’ai lu il y a longtemps, dans je ne sais quel livre,Que dans un grand pays, pas très loin de nos rives,L’agréable beauté passait pour disgracieuse.Ceux qui la possédaient se sentant monstrueuxTandis que d’une beauté radieuseEtaient tenus les plus hideux.De miroirs en ce lieu, il n’y en avait plus guèreEt l’on interdisait d’en faire venirLire la suite « Grigore Alexandrescu – Les miroirs »

Grigore Alexandrescu – Le rossignol et l’âne

Un rossignol très malheureuxChantait au bois sa grande douleurToute la nature l’écoutaitEt le silence autour régnait.D’autres à ma place décriraient bienLes tons sublimes qui sont les siensCette voix si souple, aux mille contours,Qui d’un souffle légèrementMonte et descend si tendrementPlein de douceur et d’amour. Je dirai, moi, que l’éloignementDes souvenirs et regrets cuisants,Que l’injustice etLire la suite « Grigore Alexandrescu – Le rossignol et l’âne »

Grigore Alexandrescu – Le chien et le chiot

Ce que j’ai en horreur certains de nos semblables,Tels loups, lions, panthères et quelques uns des leurs, Qui grandement se targuent d’avoir quelque valeur Si un grand nom ils portent,C’est un hasard, qu’importe !Je suis moi-même peut-être de quelque famille noble,Mais n’en fais aucun cas.Partout le monde change et veut l’égalité,Un tel orgueil stupide n’estLire la suite « Grigore Alexandrescu – Le chien et le chiot »

Grigore Alexandrescu

Contemporain de Vasile Alecsandri, ayant vécu entre 1814 et 1885, Grigore Alexandrescu est un fabuliste, mais pas seulement. Participant à la révolution roumaine de 1848, il traduisit Voltaire et publia des poèmes romantiques dans le style de Lamartine, ainsi que des épîtres satiriques et des mémoires. A ses débuts on le compara à Young. PréoccupéLire la suite « Grigore Alexandrescu »

Grigore Alexandrescu – L’ANNÉE 1840

…….Peu de mes jours perdus, chère, j’aimerais conserver,Jours qui vers l’infini jà s’envolent à tir d’aile;Peu de souvenirs j’en garde qui me soient agréables:La peine seule m’aide à les différencier! Mais toi, année nouvelle, je te vois avec joie!Tu es de celles qu’attend toute la gent humaine!Je suis une petite part de la triste fouleLire la suite « Grigore Alexandrescu – L’ANNÉE 1840 »

Premiers Poetes

Le siècle des lumières fut représenté en Roumanie par trois groupes distincts d’écrivains : le prince-chroniqueur Dimitrie Cantemir en Moldavie, les poètes de la famille Vacarescu en Valachie et l’Ecole transylvaine dans la province de ce nom. Au début du 19-e siècle il convient de citer aussi en Moldavie le poète Costache Conachi et enLire la suite « Premiers Poetes »

Dimitrie Bolintineanu – La mère d’Etienne le Grand

I Sur un noir rocher dans un vieux château,Au pied duquel coule un petit ruisseau,Pleure et se lamente la princesse jeunette,Douce et délicate comme une violette.Au champs de bataille son époux chériEst parti en armes, guère ne le revit.Ses yeux bleus en larmes brûlent de douleur,Comme la rosée brille sur les douces fleurs.Des boucles doréesLire la suite « Dimitrie Bolintineanu – La mère d’Etienne le Grand »

Dimitrie Bolintineanu

Parmi les étudiants qui suivaient en 1846-48 les cours du Collège de France, à Paris, on pouvait remarquer le jeune roumain Dimitrie Bolintineanu, élève de Jules Michelet et Edgar Quinet. Revenu en Roumanie il participe avec d’autres anciens étudiants roumains de Paris, dont N.Bàlcescu et Vasile Alecsandri, à la préparation de la révolution roumaine deLire la suite « Dimitrie Bolintineanu »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer