Alecu Vacarescu – Ta Beaute Entiere

Si le miroir te montraitPleine et entière ta beauté;Alors tout comme moi,Tu t’inclinerais devant toi. Il n’y aurait nul moyen,Ton visage regardant bienSans qu’en idôlatrie extrêmeTu ne tombes devant toi-même.Lorsqu’en lui les yeux tu plonges ,Le miroir en devient sombre ;Et l’image qui surnageN’est point la tienne, mais ton ombre. Alors, ne fais plus confianceAuxPoursuivre la lecture de « Alecu Vacarescu – Ta Beaute Entiere »

Alecu Vacarescu – Satyre

Que le monde est instable, il n’est plus que mensonge !Toute famille n’est plus que faux-semblant et hargne masquée.La société entière est un combat de foire, l’humanité est transformée.De tous côtés il n’y a qu’ennemis et personne à qui se fier.Chacun en ma présence est mon homme, mais dès que je m’absente Au monde ilPoursuivre la lecture de « Alecu Vacarescu – Satyre »

Iancu Vacarescu – La Voix Du Peuple Sous Le Despotisme

Révolte-toi, mon cœur, contre tant de patience !Ta révolte soit terrible, après l’horrible souffrance !Qu’il tremble ! Et que tremble l’infâme tyrannie ;Qu’elle morde la poussière, que cesse l’avanie !Que son corps et son nom jusqu’aux enfers descendent !Que ses nombreux amis avec la tyrannie sombrent !La justice faisant, le peuple est dans son droitPoursuivre la lecture de « Iancu Vacarescu – La Voix Du Peuple Sous Le Despotisme »

Ienachita Vacarescu – Pauvre Tourterelle

Oh, bien pauvre tourterelle,Demeurée si seule et frêle,Sans son époux pris pour cible ;Sa tristesse est indicible. Tant qu’elle vit, son deuil elle porte,Plus d’ami elle ne supporte.Elle passe par fleurs et bois,Ne regarde ni ne voit. Elle traverse le jardin vert,Et s’en va , au loin se perd.Volant jusqu’à perte de soi,Sur bois vertPoursuivre la lecture de « Ienachita Vacarescu – Pauvre Tourterelle »

Costache Conachi – La mer si tu regardais

Si la mer tu regardaisEn ses moments tourmentésDe terribles déchaînements,Si la voyais s’élancerContre ses côtes se heurterFurieusement…Et au large un petit canotTout entouré par les flots Qui par instants apparaisse,Avec un homme tout en pleursQui te montre son malheur Par des cris de détresse…La mort il voit, fuir ne parvient,Les mains tend et rien n’atteintPoursuivre la lecture de « Costache Conachi – La mer si tu regardais »

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer