Theodor Neculuţă – Complainte de la foet

Pauvre et chère forêt, Que je soupire de regrets, Que je soupire et souffre Et me meurs tout bonnement : En voyant tes feuilles tomber Et tes chanteurs s’en aller ; J’entends la plainte du vent, Du vent vagabond errant À travers d’épais taillis… Puisses-tu automne disparaître, Que la forêt ne te connaisse Ne connaissePoursuivre la lecture de « Theodor Neculuţă – Complainte de la foet »

Theodor Neculuţă

Poète ouvrier, Theodor Neculutà s’inscrit dans une catégorie d’écrivains plutôt rare avant le 20-e siècle et dans laquelle on peut aussi placer Panait Istrati, par exemple, et toute une série d’auteurs de l’époque socialiste: des écrivains que rien ne destinait à une profession intellectuelle. Fortement influencé par Eminescu, Neculutà a vécu entre 1859 et 1904.Poursuivre la lecture de « Theodor Neculuţă »

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer